Cartographie du hastag onlylyon par hashtagify.me

comment utiliser au mieux le #hashtag dans vos publications


Le concept de #hashtag est devenu une part de la culture numérique d’aujourd’hui. Il est difficile de trouver quelqu’un qui ne sait pas ce que c’est. Le mot hashtag est adopté en 2015 par le dictionnaire Petit Robert de la langue française, en 2014 par le Scrabble Dictionnary (#official) et s’était fait ne place dès 2010 dans le Oxford dictionary. Pourtant, si beaucoup savent ce qu’est un hashtag, il y a encore beaucoup de personne qui ont du mal à s’en servir.

Rappelons que le hashtag est un mot qui commence par le signe # suivi de caractères. En général il est en lettres minuscules sauf s’il s’agit en fait de plusieurs mots. Dans ce cas il sera orthographié avec une majuscule au début de chaque mot. Par exemple on utilisera #hashtag et #LesEnergiesduWeb ou  #lesenergiesduweb. Né avec le réseau social Twitter,  l’usage en a été adopté par les fidèles de Facebook, Google+, Instagram et Pinterest. C’est devenu un outil formidable pour attacher sa publication à une catégorie ; il facilite la localisation de contenu qualifié pour le privé comme pour le business. C’est aussi un outil qui facilite l’entrée en relation numérique sur la base d’un même sujet ou d’un même intérêt.

Connaître le fonctionnement des hashtags est essentiel dans le cadre d’une politique de social management. Voici quelques avis pour améliorer sa pratique du hashtag et tendre vers le succès.

comment utiliser les hashtags au mieux

conseil n°1 : être spécifique

Avec le hashtag, le public peut cerner et classer de façon pertinente le contenu proposé. De même, le hashtag doit répondre à ce besoin d’être clair et identifiable. Plus le code est précis plus le public auquel il propose un intérêt est ciblé. Et plus le public est ciblé plus l’on obtient d’engagement de sa part. Si vous n’avez pas de hashtag correspondant à votre activité, commencez par regarder si un ou deux codes ne pourraient pas convenir.

Par exemple, si votre activité est de proposer des conseils et des produits pour les nourrissons, pensez à utiliser un hashtag comme #jeunemaman ou #newmom (selon que votre public est francophone ou plus large vous utiliserez l’un ou les deux). Ces deux codes font référence aux nourrissons. Ils sont beaucoup plus spécifiques que #parents qui, lui, fait référence à tous les âges !

Autre exemple, un opérateur produit du béton armé, du béton drainant et dans ses messages produit les hashtags (ou étiquettes ou labels) #béton #armé et #béton #drainant. Il serait plus facile de classer et d’identifier ses publications avec #BetonArme et #BetonDrainant, non ?

 conseil n°2 : faire coller le hashtag au réseau sur lequel vous intervenez

Le concept du hashtag est globalement le même sur l’ensemble des réseaux qui l’ont adopté. Il s’agit d’attacher une catégorie , une étiquette à votre contenu. Mais l’usage varie d’un réseau à l’autre. Par exemple, sur Instagram, les hashtags visent à décrire la vidéo ou la photo en général. A contrario, sur Twitter, le tag s’utilise d’avantage pour établir une conversation ou identifier un groupe d’auditeurs.

Il est important de faire un tour d’horizon des hashtags déjà populaires et en usage sur les différents réseau pour un sujet spécifique. Cet effort sera largement compensé par l’engagement qui viendra ensuite au fil des publications.  Des outils comme hashtagify.me peuvent d’avérer très utiles.

Cartographie du hastag onlylyon par hashtagify.me

 

conseil n°3 : créer des hashtag pertinents mais sans citer sa marque

Les hashtag créés pour une marque ne devraient pas mentionner la marque elle même. On préférera un hashtag qui représente ce que la marque veut représenter ou une valeur qu’elle veut soutenir.

Les hashtags de marque bien conçus sont une belle occasion de lancer des opération de notoriété. Par exemple, une marque de cafés a proposé à ses internautes de poster des images avec #GoodMorning ! Ou encore une marque de chips a lancé le #DoUsAFlavor  (dont l’équivalent français pourrait être #AvocadoToastLover) La communauté des internautes apprécie les défis et la créativité est souvent au rendez-vous.

La pratique des hashtags de marque peut avoir un effet sur la notoriété sur des moments spécifiques : salons professionnels, mais aussi œuvres caritatives. Une université de Californie (Concordia University Irvine CUI) a utilisé cette tactique pour augmenter sa notoriété au milieu d’un processus d’évaluation.

Par cette évaluation, la Western Association of Schools and Colleges (WASC) devait accorder ou non une accréditation qui, à son tour, ouvrait l’éligibilité à certains financements. Ainsi l’université a lancé une campagne visant à sensibiliser tous le campus sur l’importance de cette accréditation. Elle a lancé une campagne de questions sur  Twitter et Instagram avec le label #askWASC. Pendant 11 semaines les étudiants on répondu à ce hashtag pour proposer des réponses ou des suggestions d’amélioration.

Les réponses ainsi collectées ont permis de faire l’inventaire des forces et faiblesses perçues. Lorsque les étudiants ont rencontré les représentants du WASC, personne n’a été pris de court. L’association a été très favorablement surprise par l’implication des étudiants et l’accréditation a été renouvelée pour une période de 10 ans. Un succès pour cette université !

Les erreurs à éviter avec les hashtags

Pas trop long, pas trop intello

En général, lorsque vous créez un hashtag pour votre marque, vous le voulez court, sympathique et spécifique. La langue anglaise et sa logique des mots s’avère plus adaptée à cet exercice. Ainsi #AvocadoToastLovers est très ciblé sur les passionnés de tartines grillées à l’avocat. En revanche c’est un peu long à taper sur un clavier de téléphone et il ne sera probablement pas adopté.Parce que les hashtags sont censés rendre les messages plus accessibles le court et ludique convient mieux. Dans l’exemple choisi on peut penser que #AvocadoTaost serait mieux et même (mais pour l’américain) #avotoast.

Ne pas avoir plus de hashtags que de mots dans un message

En fait, il est de bon ton de n’utiliser que 2 ou 3 hashtags pour une ou deux dizaine de mots. Mais il faut reconnaître que les utilisateurs de Instagaram associent le nombre de hashtags à la capacité d’engagement. Ainsi, ils chargent leurs images jusqu’au maximum de 30 étiquettes autorisées par publication. Mais, en tant que lecteur, vos ne voulez pas lire 30 labels, en fait même 5 c’est déjà beaucoup. Et, si avec 30 hashtags vous gagnez des followers, ce ne sont pas en général pas des fidèles mais plutôt des passagers clandestins c’est à dire qu’ils espèrent être suivis en retour. De plus, trop de hashtags dilue votre message et le rend moins attirant. Au lieu de cela, préférez la voie du plus spécifique présentée précédemment

Ne pas tout hashtag-er

Le premier rôle des hashtags est de rendre votre contenu identifiable dans la masse des publications. C’est aussi de permettre au plus large public de découvrir vos publications. La vérité est simplement que tout ce que vous écrivez ne va pas répondre à cet objectif. Si votre publication ou votre commentaire n’apporte pas du contenu à la conversation, alors il est préférable de ne pas y adjoindre de label. Par exemple, si vous partagez une nouvelle récente, oubliez le hashtag. Mais si vous publiez un article qui analyse l’impact de cette nouvelle alors là il FAUT utilisez le hashtag.

 

A voir également

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A propos de Nicolas

Tombé dans la potion du numérique enfant j'en assume aujourd'hui les séquelles. Aujourd'hui la toile me permet de mixer la technique, lentrepreneuriat ET le lien social : j'adooore ! Même dans les domaines techniques ou industriels, culinaires ou motocyclistes, je prends beaucoup de plaisir à créer du contenu à valeur ajoutée. Quelques séminaires en présentiel comme autant de cerises sur les gâteaux ! La vie est belle .

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *